Cours d'économie générale

 

L'usage de ce cours est autorisé, à des fins non commerciales, en citant son adresse Internet
http://www.inter-coproprietes.com/portail/formation/cours/economie/ecogene1.html

 

Liens économie- gestion

 Droit

 Economie d'entreprise

 Economie générale

 Informatique/ Internet

 Organismes

 Presse et dicos

Sites académiques

PLAN DU COURS N°1

I- LES DIFFERENTES ECOLES DE PENSEE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION DE L'ENTREPRISE
II- LA CLASSIFICATION DES ENTREPRISES
III- L'ENTREPRISE EN TANT QU'ORGANISATION
IV- L'ENTREPRISE EN TANT QUE SYSTEME

 

I- LES DIFFERENTES ECOLES DE PENSEE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION DE L'ENTREPRISE
A. L'école classique
B. L'école des sciences humaines
C. Le mouvement mathématique
D. L'école des systèmes sociaux
E. L'école néo-classique ou mouvement empirique
F. La théorie générale des systèmes

II- LA CLASSIFICATION DES ENTREPRISES
A- Les entreprises privées
1- Les entreprises individuelles
a- L'artisan
b- L'entreprise individuelle commerciale ou prestataire de services
c- L'entreprise individuelle agricole
- le faire-valoir direct
2- Les entreprises sociétaires
a- les sociétés de personnes
b- Les sociétés de capitaux
- La société anonyme
- La société en commandite par actions
- Société en participation SEP et société de fait
- La société par action simplifiée
c- la société à responsabilité limitée (SARL)
d- L'entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL)
e- Les sociétés coopératives et les sociétés mutuelles
- les sociétés coopératives
Les coopératives de production
Les coopératives de consommation
Les coopératives agricoles
-Les mutuelles
f- les sociétés d'investissement (SI)
3- Le groupement d'intérêt économique (G.I.E)
B- Les entreprises publiques
1- Définition
2- La constitution du secteur public
a- Les premières formes
b- La 1ère. guerre mondiale
c- A partir de 1930
d- La libération : 1945
e- l'arrivée des socialistes au pouvoir : 1981
f- "machine arrière" : les privatisations de 1986
3- Les structures juridiques des entreprises publiques
a- Les régies
b- Les établissements publics
c- Les sociétés nationales
d- Les sociétés d'économie mixte (S.E.M.).
Compléments sur les différents statuts juridiques
Les sociétés commerciales
Transnationale : des informations sur près de 7 000 entreprises multinationales

III- L'ENTREPRISE EN TANT QU'ORGANISATION
A- Définition d'une organisation
B- L'entreprise en tant qu'organisation
1- Le fonctionnement de l'entreprise
a. la direction
b. Les différentes fontions
2- Les clés de l'entreprise

IV- L'ENTREPRISE EN TANT QUE SYSTEME
A- L'approche systémique
B- Schémas : les modèles de pilotage
C- Propriétés des systèmes
1- La capacité de contrôle
2- L'adaptabilité
3- La capacité d'apprentissage
4- La fiabilité
5- L'équilibre entre programmation et décision

QUESTIONS

 

I- LES DIFFERENTES ECOLES DE PENSEE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION DE L'ENTREPRISE

Les sciences de la gestion de l'entreprise ne se sont pas développées de façon linéaire. Comme tous les domaines qui intégrent les sciences humaines, la gestion a évolué selon un "enveloppement" perpétuel des écoles et des théories les unes par rapport aux autres.
Chaque mouvement s'est développé en réaction contre celui qui le précédait, non sans en intégrer quelque partie.

A. L'école classique
1. Concept "scalaire" :
l'entreprise est abordée comme étant un ensemble de classes ou échelons rangés en séquences : principe hiérarchique selon lequel l'autorité descend du sommet vers la base.
2. Principe de l'unité de commandement :
énoncé par Fayol, dénoncé par Taylor (pour lequel chaque ouvrier obéira à 8 chefs "fonctionnels") à cause de l'impossibilité de trouver un supérieur "universel".
Pour pallier à cet inconvénient, on a proposé une structure "staff and line" qui représente un compromis entre l'approche de FAYOL et celle de TAYLOR (RIMAILHO, "L'Organisation à la Française, 1936).
3. Principe d'exception
Selon ce principe, les tâches routinières doivent être remplies par des subordonnés et les tâches exceptionnelles confiées au supérieur hiérarchique.
4. L'éventail de subordination :
Principe repris de l'organisation de l'armée romaine dans laquelle on comptait un chef pour dix soldats. DAVIS fait toutefois une distinction entre activités physiques (éventail de 1 responsable pour 10 à 30 ouvriers) et activités "intellectuelles" (éventail de 3 à 8).
5. Principe de la "spécialisation organisationnelle"
appliqué par TAYLOR à l'organisation des postes de travail. (voir le "Fordisme").
FAYOL s'est gardé d'une trop grande spécialisation : nécessité d'une polyvalence des fonctions lorsque l'on s'élève dans la hiérarchie.
Fayol Fayol Fayol recherche Google Max Weber

B. L'école des sciences humaines
Echec des théories classiques au comportement de groupe.
Expérience de la Western Electric (ELTON MAYO).

1. La décision est décentralisée,
2. L'étude porte sur des groupes et non sur des individus,
3. La force d'intégration repose sur la confiance plutôt que sur l'autorité,
4. Le superviseur est un agent de communication inter et intra-groupe plutôt que le représentant de l'autorité.
5. L'accent porte davantage sur la responsabilité que sur le contrôle extérieur.
Elton Mayo Elton Mayo La fonction R.H. Chronologie des ressources humaines et des compétences La motivation au travail : tour d'horizon des grandes théories

C. Le mouvement mathématique
1° Etudes limitées aux domaines totalement formalisables de l'entreprise (gestion de la production, stocks, approvisionnements...)
Conviction qu'un jour tout serait quantifiable (rôle de l'ordinateur).
2° Polarisation technologique
Pas de principes de décision, de règles normatives permettant au manager de réaliser une synthèse des informations et de diriger.

D. L'école des systèmes sociaux
Se propose d'étudier les facteurs psycho-sociologiques et décisionnels afin de les ajuster l'un à l'autre pour que l'activité de l'entreprise réponde aux objectifs qu'elle s'est fixés.
L'entreprise est viable aussi longtemps qu'elle procure suffisamment de satisfaction à ses membres.
L'Ecole des Systèmes Sociaux s'attache plus particulièrement aux relations entre les groupes. Les conflits ne naissent pas forcément de "mauvaises relations humaines", de frustrations et d'incompatibilités entre les objectifs de l'organisation. Les conflits les plus dangereux, les plus difficiles à résoudre sont dûs à des différences dans la perception de l'environnement (problème des rapports entre les différents services d'une entreprise).


E. L'école néo-classique ou mouvement empirique
Réaction contre le divorce entre la pratique et la théorie, entre le chef d'entreprise et le spécialiste de l'organisation.
Chefs d'entreprise SLOAN (jadis président General Motors) mais aussi professeurs (DALE, CHANDLER, O. GELINIER, DRUCKER).

Principes de base :
1° Maximisation du profit
2° Décentralisation des responsabilités et décisions
3° Elargissement de l'éventail de subordination
4° Direction par Objectifs
5° Contrôle par exception (sur résultats : contrôle si les résultats sont mauvais)
6° La motivation par la compétitivité :
Mesure objective des résultats pour apprécier les efforts individuels et susciter un esprit de compétitivité.

F. La théorie générale des systèmes
Un système est un ensemble d'éléments en inter-relation pour la poursuite d'un objectif commun.
Le système comprend un ou des régulateurs permettant au système de s'auto-entretenir (chauffage central et thermostat, système respiratoire, automobile, ....).
La théorie des systèmes étudie les interconnections entre la comptabilité, la production, le marketing, la finance, les relations humaines et l'économie de l'entreprise qui ne sont plus désormais envisagés comme des doctrines séparées, mais intégrées à un seul système.

Système fermé agent rationnel - 1900 : Max Weber sociologue allemand. La bureaucratie (l'ordre régi par la règle) est la forme la plus efficace de l'organisation humaineFrédérick TaylorMise en application des théories de Weber et études sur le temps et le mouvement. L'école de pensée Weber-Taylor estimait pouvoir résoudre les problèmes de gestion de groupes important d'individus en prônant la décomposition des tâches, un contrôle étroit, la cohérence de l'autorité et des responsabilités.

Systèmefermé agent s o c i a l - 1930 - 1960 : Elton Mayo, Psychologue à Harvard.Etude des conditions de travail sur la productivité à la Western Electric débouchant sur la constatation que "prêter attention aux gens augmente leur productivité" !

Douglas Mac Grégor
Les théories auxquelles adhère la direction en matière de gestion de ses ressources déterminent toute la personnalité de l'entreprise.

Théorie X : hypothèse de la "médiocrité des masses"
1- l'individu moyen a une aversion innée pour le travail et il fait tout pour l'éviter.
2- Les gens ont donc besoin d'être contraints, dirigés, contrôlés, menacés de sanctions pour qu'il satisfasse aux objectifs de l'entreprise.
3- L'individu type aime se sentir dirigé, veut éviter les responsabilités, a relativement peu d'ambition et recherche avant tout la sécurité.

Théorie Y : hypothèse du "terrain fertile"
1- L'effort physique et mental déployé dans le travail est tout aussi naturel que celui dépensé dans le jeu ou le repos.
2- Le contrôle extérieur et la menace de sanctions ne sont pas les seuls moyens pour obtenir l'effort nécessaire à la réalisation des objectifs de l'entreprise.
3- On s'investit dans la mesure où les résultats sont récompensés; la plus grande de ces récompenses étant la satisfaction de l'égo.
4- L'individu moyen apprend, dans les conditions voulues, non seulement à accepter, mais à rechercher la prise de responsabilités.
5- La capacité de déployer des qualités relativement développées d'imagination, d'ingéniosité et de créativité dans la solution des problèmes d'organisation n'est par rare, mais au contraire largement répandue.
Les courants de pensée en gestion Théorie des organisations

Retour sommaire

II- LA CLASSIFICATION DES ENTREPRISES
L'activité des entreprises peut être analysée selon plusieurs critères.
Cette pluralité se retrouve dans les différentes classifications possibles des entreprises.

A- Les entreprises privées

1- Les entreprises individuelles

Ce sont des entreprises soumises au pouvoir de direction et de décision d'une seule personne à laquelle elles appartiennent.
Sur le plan juridique: elles sont le prolongement de la personne de leur propriétaire , elles n'ont pas d'existance distincte de ce dernier
Sur le plan fiscal: les bénéfices sont imposés en tant qu'élément du revenu du propriétaire.
Celui-ci est "indéfiniment" responsable des dettes , il peut être amené à rembourser les dettes sur ses biens propres (non professionnels).
Nombre et taille: Ce sont les plus nombreuses (˜1,5 million d'entreprises individuelles non agricoles).
Elles sont toutes de petite dimension, leur part dans la production nationale est faible.

a- L'artisan
Il doit être inscrit au "Répertoire des métiers".
Il doit remplir pour cela 5 conditions:
- Effectuer un travail manuel .
- Justifier d'une qualification professionnelle
- Exercer pour son propre compte.
- Diriger son entreprise
- Employer un nombre restreint de salariés.
L'artisan associe l'apport de capitaux, la fonction de direction, et la réalisation du travail.

b- L'entreprise individuelle commerciale ou prestataire de services
Elle a les mêmes caractères que l'entreprise artisanale mais l'entrepreneur ne fabrique pas lui-même son produit et la justification d'une qualification professionnelle n'est pas éxigée.
Par contre, l'inscription au "Registre du Commerce" est éxigée.

c- L'entreprise individuelle agricole
Les entreprises agricoles sont dans leur grande majorité des entreprises individuelles.
Selon le rapport juridique de leur exploitant avec la terre, on distingue:

- le faire-valoir direct
- le fermage: le fermier loue la terre à un propriétaire étranger à l'exploitation. Le fermier est légalement protégé contre les risques d'expulsion et le non renouvélementde son contrat.
Lors de son départ, il doit être indemnisé pour les améliorations apportées à l'exploitation.

-le métayage: l'exploitant (métayer) partage la récolte avec le propriétaire des terres et cheptels selon un % contractuellement fixé.

Si quelqu'un veut s'installer sur une terre pour l'exploiter, quelle est la formule qui en permet la meilleure rentabilisation?

- métayage: pas d'intérêt à augmenter la productivité, initiative assez réduite (choix des cultures...)
- faire- valoir direct: coût élevé des terres gênant l'investissement.fermage: permet la meilleure rentabilisation à un nouveau- venu.

2- Les entreprises sociétaires

L'entrepreneur individuel peut se trouver un jour, face à la croissance de ses activités et aux besoins de financement supplémentaires qu'elle génére, dans l'obligation de s'associer avec d'autres personnes afin de réunir les capitaux nécessaires.
Une société est à la fois un contrat et la personne morale résultant de ce contrat.
Le contrat de société est un écrit (les statuts) par lequel une ou plusieurs personnes mettent des apports en commun en vue de partager un bénéfice et/ou de réaliser des économies.

Deux éléments doivent être réunis pour qu'il y ait validité du contrat:
- la réalisation d'apports, en espèces ou en nature
- un mobile de profit et/ou de réalisation d'économies.

Lorsque le contrat est rédigé et que les apports ont été effectués, il doit y avoir immatriculation au Registre de Commerce. Une fois cette dernière démarche effectuée, la société devient une personne morale (un sujet de droits et d'obligations) distincte des associés.

a- les sociétés de personnes

Elles ont 2 traits caractéristiques:
- les associés sont responsables sur leur propre patrimoine des dettes de la société
- les associés, en échange de leurs apports reçoivent des parts sociales. Ces titres ne peuvent pas être librement cédés à des tiers (problème de responsabilité solidaire des associés qui doivent donc bien se connaître).

Dans les sociétés en nom collectif, tous les associés sont commerçants
Dans les sociétés en commandite simple, il y a 2 catégories d'associés:
* les commanditaires: simples bailleurs de fonds (à l'origine, nobles ne désirant pas "s'abaisser" en faisant du commerce).
* les commandités: ils reçoivent les fonds qu'ils mettent en œuvre pour les commanditaires. Ils ont la qualité de commerçant et sont indéfiniment responsables.
En France, il y a environ 15 000 SNC et 1500 sociétés en commandite simple.

b- Les sociétés de capitaux

La caractéristique de la responsabilité illimitée des associés des sociétés de personnes limite le nombre des associés (risques et obligation de bien se connaître).
Les sociétés de capitaux permettent de pallier ces inconvénients .
Elles se caractérisent par:
- la responsabilité des associés est limitée à concurrence des apports, non du patrimoine.
- Les titres remis aux actionnaires sont des actions librement négociables.
Les diffdérentes formes de sociétés de capitaux :
- La société anonyme

Les organes de direction et de contrôle peuvent être structurés de 2 façons:
- L'assemblée générale des actionnaires élit les membres du conseil d'administration qui désignent, parmi eux, le président du conseil d'administration chargé de la direction de la société et de sa représentation envers les tiers.
- L'assemblée générale des actionnaires élit les membres du conseil de surveillance qui désignent les membres du directoire . C'est un organe collégial (pouvant réunir jusqu'à 5 personnes) chargé de la direction de la société.

- La société en commandite par actions

C'est une forme hybride tenant à la fois de la commandite simple et de la S.A. De la commandite simple, elle tient la suprématie des commandités, au niveau de la gestion. Depuis la réforme de 1966, elle tient de la S.A. que les commanditaires actionnaires sont membres du conseil de surveillance (de grandes sociétés ont la forme de sociétés en commandite par actions : Michelins, Casino...cette forme permet de "boucler le capital" et de protéger la société d'une OPA).

c- la société à responsabilité limitée (SARL)

Elle représente un type intermédiaire entre sociétés de capitaux et sociétés de personnes et cumule, pour les associés les avantages des 2 formules.
- responsabilité des associés limitée aux apports
- les titres sont des parts sociales qui ne peuvent être cédées qu'avec le consentement majoritaire des autres associés.
La SARL est la forme d'entreprise la plus répandue (˜ 120 000 entreprises), son capital minimum est de 50 000F.

d- L'entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL)

Créée par une loi du 11 Juillet 1985, ce type d'entreprise reprend toutes les caractéristiques de la SARL, avec les particularités suivantes:
- Il n'y a qu'un seul apporteur de capital
- possibilité d'opter pour l'imposition sur le revenu ou pour l'impôt sur les sociétés.

e- Les sociétés coopératives et les sociétés mutuelles

- les sociétés coopératives

A l'origine, les coopératives étaient des sociétés civiles.
Depuis 1967, sont apparues des coopératives à forme commerciale (S.A; S.A.R.L; sociétés à capital variable)
3 principes:
- suppression du mobile du profit (considéré comme un prélévement effectué sur le travailleur ou le consommateur)

- l'objectif et le mobile de l'activité est le service rendu aux adhérents.

- règle suivant laquelle 1 coopérateur = 1 voix (suppréssion de la prise en considération du capital apporté).
Si un bénéfice est dégagé, il doit être soit investi soit ristourné aux coopérateurs.
La ristourne est proportionnelle aux achats effectués ou au travail fourni(et non au capital apporté).
Le capital apporté ne peut être rémunéré que par un intérêt fixe et limité à 5% par an .
Les parts sociales peuvent être inférieures à 100F.
Aux assemblées générales, 1 coopérateur = 1 voix, quelque soit le capital apporté
Il n'y a pas d'apports en industrie.

 

Les coopératives de production

Elles sont destinées à regrouper des salariés apportant le capital et travaillant dans l'entreprise avec pour but de se partager le fruit de leur travail sans prélévement (appropriation de la plus- value) de la part d'un patron.

 

L'ensemble ds travailleurs de la coopérative forme l'assemblée générale des coopérateurs qui a les mêmes fonctions que l'assemblée générale des actionnaires dans les S.A.
Les coopératives de production sont peu nombreuses par manque de capitaux , insuffisance de personnes qualifiées, en particulier dans la gestion, et peut- être par manque de goût des français pour la forme associative...

 

Les coopératives de consommation:

Elles sont regroupées dans la fédération nationale des coopératives de consommation et intéressent environ 3 millions de ménages, 7 000 magasins, 1 centrale d'achat (la société générale des coopératives de consommateurs), 1 banque, 1 société de crédit, 1 société d'assurance, 1 marque et 1 laboratoire d'analyse et de recherches.
Elles achètent en gros pour revendre, au détail, à leurs adhérents.

Les coopératives agricoles

- les coopératives d'achat de fournitures agricoles ayant un rôle de centrale d'achats.

- Les coopératives d'utilisation de matériel agricole (CUMA) qui achètent du matériel de production et le met à la disposition des coopérateurs en en gardant la propriété.

- les coopératives de conditionnement, de conservation, de distribution des produits.

Il existe environ 22 000 coopératives représentant près de 1 700 000 membres.

Les coopératives de crédit, ou banques populaires, ou sociétés de crédit mutuel
Eles ont pour finalité de procurer aux membres des capitaux au moindre coût.

Les mutuelles

Dans le domaine des assurances, elles poursuivent les mêmes buts que les coopératives (élimination du profit et différenciation du rôle du capital).
Elles fonctionnent selon le principe de la répartition: elles collectent des cotisations auprès des adhérents (primes) qui servent à payer les prestations (indemnités) aux adhérents sinistrés.
Le montant des cotisations est calculé de façon à couvrir le coût des prestations et les frais de gestion, à l'exclusion de toute marge bénéficiaire. Les excédents sont portés en réserve ou ristournés.

f- les sociétés d'investissement (SI)

D'origine anglo- saxonne, elles ont pour objet le placement et la gestion des valeurs boursières, grâce aux fonds versés par leurs actionnaires.
Elles peuvent être à capital fixe ou à capital variable.
Il ne faut pas les confondre avec les sociétés de contrôle, type holding.
En France, les S.I. se sont développées à partir des années 50; sous une forme classique de sociétés à capital fixe.
Par la suite les S.I. à capital variable (dites S.I. "ouvertes") ont vu le jour (S.I.C.A.V.)

- Les S.I.C.A.V.

Elles se sont constituées à partir de 1964.
Elles connaissent des entrées et des sorties de capital qui ne nécessitent pas de délibération de l'assemblée générale.
Ce sont obligatoirement des S.A. au capital supérieur ou égal à 20 millions de francs.
Les S.I.C.A.V. doivent publier trimestriellement leur situation et la composition de leur portefeuille. Celui- ci doit être constitué à 90% au moins de valeurs mobilières émises dans le public ou côtées en bourse.
Elles ont été crées, à l'origine , sous l'impulsion des banques nationalisées.

3- Le groupement d'intérêt économique (G.I.E)

Cette forme juridique a été créée en Septembre 1967.

- définition: deux ou plusieurs personnes physiques ou morales peuvent constituer entre elles, pour une durée déterminée, un G.I.E. en vue de mettre en œuvre tous les moyens propres à faciliter ou à développer l'activité économique de ses membres , à améliorer ou à accroître les résultats de cette activité.

- les caractères distinctifs:
* Le G.I.E. peut être constitué sans capital. La personnalité juridique se trouve ainsi dissociée de la notion de patrimoine.
* Il jouit de la personnalité morale et de la pleine capacité juridique à partir de son immatriculation au Registre de commerce (le groupement sera civil ou commercial, selon son activité).
* pas nécessairement de but lucratif
* Les droits des membres du groupement ne peuvent pas être représentés par des titres négociables. Ils sont matérialisés par des parts qui peuvent être d'inégale valeur. Ces parts sont incessibles, sauf s'il existe des conditions d'agrément.
* Tous les membres du groupement sont tenus personnellement et solidairement des dettes de celui- ci, sur leur propre patrimoine.

B- Les entreprises publiques
1- Définition
On appelle entreprise publique une entreprise dans laquelle tout ou partie du capital et du pouvoir de décision appartiennent à une collectivité publique, c'est-à-dire l'Etat, une Région, un Département, ou une Commune.
Il existe ainsi des entreprises nationales dans lesquelles intervient l'Etat, et des entreprises locales animées par des collectivités locales.
L'ensemble des entreprises publiques forment le "secteur public" de l'économie nationale.
Les objectifs de ces entreprises sont variés: cela va du profit (S.E.I.T.A.) au service à prix (en principe) coûtant (S.N.C.F.).

2- La constitution du secteur public

a- Les premières formes
Ce sont les manufactures crées au XVII èm. siècle par COLBERT.
Il s'agissait de pallier les carences du secteur privé pour certaines productions (entre autres, produits de luxe).
Sous le 1er. empire apparaît, pour des motifs d'ordre fiscaux, le monopole public des tabacs.

b- La 1ère. guerre mondiale
Au lendemain de cette guerre, des sociétés publiques sont crées pour exploiter des entreprises situées en Alsace- Lorraine (mines de potasse, Office de l'azote).

c- A partir de 1930
L'Etat finance des entreprises en difficulté à la suite de la crise mondiale de 1929.
Participations dans des sociétés privées de chemin de fer fusionnées au sein de la S.N.C.F.; dans des sociétés de transport maritime (Compagnie Générale Transatlantique) ainsi que dans des sociétés de transport aérien (Air France).

d- La libération : 1945
Les nationalisations sont conçues comme un moyen de modifier les structures économiques et de retirer aux capitalistes le pouvoir de décision sur les activités économiques essentielles.
Transfert à l'Etat des secteurs économiques fondamentaux ( prévu pendant la guerre par le Conseil National de la Résistance. Ces nationalisations concernent 2 grands secteurs économiques:

Le secteur financier
Nationalisation de la Banque de France et des 4 principales banques de dépôt ( Crédit Lyonnais, Société Générale, B.N.C.I.,Comptoir National d'Escompte).

Le secteur énergétique
Nationalisation des houillères (Charbonnages de France), nationalisation des sociétés de distribution de gaz et d'électricité ( E.D.F.- G.D.F.).
A ces secteurs, il faut ajouter la nationalisation de RENAULT, faite à titre de sanction politique.

e- l'arrivée des socialistes au pouvoir : 1981
Nationalisation de banques et d'entreprises industrielles du secteur concurrentiel entre 1981 et 1982.
En 1982, la France est le premier pays de l'Europe communautaire pour le poids de son secteur public (22,8% du PIB).

f- "machine arrière" : les privatisations de 1986
Avec le retour de la droite au pouvoir, des mesures de privatisation sont prises concernant des banques (SUEZ, CCF, PARIBAS...), des groupes industriels (St. GOBAIN, CGE...), des organismes de communication (TF1...). La volonté de privatiser s'inspire de l'exemple anglais mis en œuvre par l'ancien premier ministre THATCHER: développer l'actionnariat populaire; créer des noyaux durs...

3- Les structures juridiques des entreprises publiques

a- Les régies
Ce sont des établissements gérés par des fonctionnaires.Ils n'ont ni personnalité morale, ni budget autonome (P. & T.,S.E.T.A., manufactures, Imprimerie Nationale).
Ils fournissent leurs biens et services à un prix égal, en principe, à leur coût de revient (sauf pour la S.E.I.T.A).
La vente de leur production les distinguent des administrations qui fournissent leurs services à titre "gratuit".

b- Les établissements publics
Ils ont la personnalité morale et l'autonomie financière. Ce sont des sujets de droit distincts de l'Etat, généralement dirigés par un directoire et un directeur général qui ne sont pas soumis au pouvoir hièrarchique des fonctionnaires des administrations (hopitaux, EDF-GDF, Charbonnages de France, radio., télévision).

c- Les sociétés nationales
Elles ont été constituées par la nationalisation d'entreprises privées prééxistantes: il y a eu transfert des actions à l'Etat contre remise d'obligations aux anciens propriétaires.
Elles ont conservé leur forme originelle de S.A. dont l'Etat est le seul actionnaire (avec encore parfois des participations privées ).
Les sociétés nationales sont dirigées par un Conseil d'Administration comprenant des représentants de l'Etat, des usagers, du personnel, des professionnels et un P.D.G. nommé par l'Etat.
En qualité de S.A., elles sont soumises au droit commercial privé comme toutes les autres sociétés (B.N.P., U.A.P., A.G.F., G.A.N., U.A.P., A.G.F., Banque de France, Régie Renault ...).

d- Les sociétés d'économie mixte (S.E.M.).

Ce sont des S.A. regroupant des capitaux publics (Etat et collectivités locales) et des capitaux privés.

Au plan national
Compagnie française des Pétroples ( TOTAL), S.N.C.F., Air- France, Cie Générale Maritime.

Sur le plan régional
Les S.E.M sont généralement constituées pour entreprendre de grands travaux d'infrastructure (autoroutes, voies navigables...).
Il ne faut pas confondre les S.E.M. avec les concessions.
La concession est un contrat par lequel une collectivitépublique, moyennant un cahier des charges à respecter, confie à une entreprise privée l'exploitation d'une activité de service public ( par exemple transport de personnes, ramassage d'ordures, fourniture d'eau, bientôt peut- être la prison...? ).

Les chemins de fer du XIX èm. siècle étaient des concessions.
Actuellement, la plupart des autoroutes sont exploitées sous le régime des concessions.

Retour sommaire

 

III- L'ENTREPRISE EN TANT QU'ORGANISATION

A- Définition d'une organisation

Groupe d'individus participant à la réalisation d'un objectif général dans une structure donnée.
Ou encore, on appelle "organisation" tout groupe humain finalisé, hiérarchisé et structuré.
Tout individu appartient à une ou plusieurs organisations:
-famille
- associations sportives, parents d'éléves...
- entreprise
- syndicat
- école....
Il existe des organisations auquelles l'individu n'est pas obligé d'appartenir, et d'autres pour lesquelles l'adhésion est obligatoire (armée, école...)

Ce sont les individus qui dirigent les organisations qui en fixent les objectifs.
Il se peut ainsi, puisque l'on fait entrer en jeu des éléments subjectifs, que des objectifs contradictoires puissent exister au sein d'une même organisation.
Par exemple l'Etat a pour objectif de réduire les coûts occasionnés à la collectivité par certaines nuisances (tabac, alcool...) mais a également pour objectif d' améliorer ses sources de revenus (ventes de tabac, taxes sur les alcools...).
Le ministre de l'Education nationale peut désirer des crédits supplémentaires pour améliorer la qualité du système éducatif; le ministre des finances peut désire au contraire réduire la progression de l'enveloppe budgétaire des ministère afin d'appliquer une politique de rigueur budgétaire.

Nous retrouverons le même type de problématique au sein de l'organisation qui nous intéresse plus particulièrement pour l'objet de ce cours: l'entreprise.

B- L'entreprise en tant qu' organisation

L'entreprise entre bien dans le cadre des organisations puisqu'on y trouve:
- un groupe humain
- une répartition des tâches
- une hiérarchie
- un objectif général: invention, production et vente de biens et de services.

Le critère qui permet de distinguer l'entreprise des autres organisations est sa finalité.

La finalité d'une entreprise est de produire des biens et des services faisant l'objet d'un marché, c'est- à- dire des biens ou des services "marchands".
Elle se différencie des administrations (Justice, Education nationale, Sécurité sociale...) dont les services ne font pas l'objet d'un marché.

1- Le fonctionnement de l'entreprise

a. la direction

Elle est assurée par un individu (entrepreneur individuel, gérant, PDG) assisté ou non par des spécialistes, plus ou moins nombreux.

- Rôle de la direction:
Elle fixe les objectifs généraux (par exemple devenir, en 3 ans le premier fabriquant français de matériaux "supra- conductibles" et , pour celà, conquérir 10% du marché européen de ce secteur d'activité) et met en place les moyens de les atteindre.

La direction doit être indépendante; si elle est subordonnée, celà indique que l'on n'a pas affaire à une entreprise, mais à l'un de ses établissements (usine ou succursalle)

b. Les différentes fontions

Nous reviendrons plus en détail sur les différentes fonctions.
Le schéma qui suit nous montre que l'entreprise est constituée par un ensemble d'éléments qui doivent coopérer à la réalisation de l'objectif général, sous l'autorité de la direction.

2- Les clés de l'entreprise :

Le problème majeur de toute organisation est la coordination des efforts de chacun pour la satisfaction de l'objectif commun.
Tout salarié d'une entreprise peut souscrire à l'objectif général de "profit".

Le problème réside dans le fait que :
- il faut qu'il existe une motivation à l'effort supplémentaire de l'individu qui permettra d'augmenter le profit global de l'entreprise;
- l'entreprise étant subdivisée en centres de profit auxiliaires, la maximisation du profit de l'un des centres peut se faire au détriment de l'autre.
Ainsi, le directeur des ventes d'une entreprise fabriquant des emballages pour liquides alimentaires aura intérêt à ce que ses représentants acceptent des commandes portant sur des emballages de capacités différentes (1,5l; 0,75l; 0,35l...).
De son côté, le directeur de la fabrication, qui a des chaînes de produits de 0,75l et 0,35l aura intérêt à refuser les commandes portant sur les emballages de 1,5l, sortant de ses standards de fabrication et augmentant ses coûts.

Retour sommaire

IV- L'ENTREPRISE EN TANT QUE SYSTEME

A- L'approche systémique

La planification et le contrôle de gestion se placent dans le cadre d'une approche systémique de l'entreprise.

Caractéristiques d'un système:
c'est un ensemble d'éléments organisés entre eux en vu d'accomplir un but commun.

Nous percevons bien en quoi cette définition s'applique à l'entreprise qui présente un ensemble d'éléments (les différents services ) organisés entre eux (passage des flux physiques et monétaires ) en vue d'accomplir un but commun: le profit.

L'approche systémique suppose la fixation d'un objectif, la saisie de l'information, son traitement, le contrôle de sa mise en œuvre et de ses résultats et un effet de "retour correctif" ou "feed back" (nourrir en retour).

Deux exemples de systèmes sont souvent cités : le pilotage d'un avion (système représenté par l'avion en mouvement) et le chauffage central en fonctionnement.

Examinons l'exemple du chauffage central, de sa mise en œuvre et de son fonctionnement:

Première tâche à s'assigner: fixer un objectif, c'est-à-dire la température désirée.
Deuxième tâche: saisir et traiter l'information en provenance de l'extérieur, c-à-d. la température extérieure;

Troisième tâche: si des écarts de température se produisent, agir sur le système de chauffe afin de maintenir la température désirée.

Cet exemple aide à mesurer combien la planification et le contrôle ressortent, par les objectifs qui leur sont assignés, à la problématique de l'approche systémique.
Des schémas et un commentaire apporteront des compléments sur l'approche système.

B- Schémas : les modèles de pilotage

Le système physique (SP) regroupe tous les moyens matériels mis en œuvre dans l'entreprise. L'univers extérieur (UE) injecte des entrées dans le SP et de l'information dans le système d'exploitation (SE). L'exploitation (Ex.) représente la mise en œuvre du SP et agit en régulateur de ce dernier. Les objectifs sont mesurés à travers les variables essentielles.
On remarquera, dans ce premier niveau, l'absence d'effet de "feed back".

On introduit à présent le "système de gestion" (S G).
Il fixe les objectifs et transmet des directives à l'exploitation sous forme de règles.
L' exploitation. essaye d'atteindre les objectifs à l'aide des règles qui lui ont été édictées.; si elle réussit à réguler le système physique, le système de gestion ne modifie pas les règles. Dans le cas contraire, averti par le système de mesure des objectifs, le S G modifie les règles afin de stabiliser l' exploitation.
On a ainsi introduit l'effet de retour ou "feed back".


C- Propriétés des systèmes
Le modèle de pilotage met en évidence un système global, des sous- systèmes et des blocs de contrôle et de régulation.
Ce modèle général ne suffit pas à garantir la maîtrise de l'évolution des processus techniques, administratifs ou économiques. Il faut que le système présente, à ses différents niveaux, des propriétés que l'on qualifiera de "nécessaires".

1- La capacité de contrôle
Un système de pilotage doit être capable de contrôler l'évolution d'un autre système, c'est-à- dire de le placer et de le mmaintenir sur une trajectoire.

2- L'adaptabilité
Un système de pilotage sera adaptable s'il est capable de faire face à des situations évolutives et différentes de celles qui ont été envisagées au départ.

3- La capacité d'apprentissage
C'est la capacité de cumuler les effets passés de l'adaptation. L'apprentissage permet d'accélérer le choix de nouvelles conditions de fonctionnement, face à une transformation de la situation.
L'adaptation est possible sans apprentissage , mais elle est plus coûteuse et plus lente ; or le rythme d'adaptation est souvent un facteur primordial de survie.

4- La fiabilité
Elle mesure le degré de confiance que l'on peut accorder à un système.
On dira qu'un système de geqstion est fiable si ses sorties restent dans une gamme de valeurs acceptables (exemple: % de malfaçons de pièces usinées...)

5- L'équilibre entre programmation et décision:
Les 4 propriétés que nous avons passées en revue ne sont pas indépendantes.
Leur combinaison se manifeste en particulier par un certain partage entre actions programmées et décisions.

Les actions programmées correspondent à l'application de règles explicites de telle sorte que, face à toute problématique rencontrée dans le cadre de l'entreprise, une réponse ait été prévue.

Les décisions régulatrices ne sont pas basées sur un jeu complet de règles et requièrent donc un choix à effectuer.
Dans ce cas l'information est incomplète et ne permet pas d'établir une correspondance totale entre les situations possibles et les réponses.
Le degré de programmation et la fréquence des décisions régulatrices vont entraîner des coûts pour l'entreprise qui sera donc amenée un "optimum" dans leur utilisation.

exemple: les frais de fonctionnement du système de gestion croissent souvent avec le degré de programmation.
Les frais d'exploitation du système physique décroissent généralement avec le degré de programmation.
Il y a donc un équilibre à trouver en ce qui concerne ce degré de programmation.

QUESTIONS

Les réponses à ces questions sont corrigées dans le cours suivant.

1- Résumer les grandes lignes de l'évolution de la pensée économique concernant l'entreprise.

2- A votre avis, le taylorisme existe- t- il encore actuellement dans les entreprises françaises, en avez- vous des exemples?

3- Laquelle des 2 théories de Mc Grégor vous semble t- elle la mieux adaptée pour décrire les rapports actuels dans l'entreprise?

4- Quels sont, d'après vous, les apports essentiels de l'approche systémique de l'entreprise ?

 

 Retour sommaire